Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Compteur

            

Info

Ouverture d'un nouveau Blog associatif:
Larzac environnement

Articles Récents

24 janvier 2011 1 24 /01 /janvier /2011 19:42

Avec l'autorisation de Michel Wienin, géologue, je publie cet étude sur la géologie des concessions accordées à ce jour dans le sud de la France :
 
Si on regarde la cartographie des concessions, on peut les regrouper en deux ensembles :
-          la bordure cévenole (Gard-Ardèche) et les (grands) causses : la couverture sédimentaire dépasse rarement 1000 m et comporte sauf bassins houillers (Alès) ou permien (Lodève…) et comporte une série qui va du Trias au Crétacé inférieur. Le niveau visé est très probablement les « schistes carton » noirs du Toarcien inférieur, épais de 5 à 15 m aux affleurements (ce qui est bien peu par comparaison avec les plus de 200 m des formations américano-canadienne actuellement exploitées) et généralement intercalés entre deux niveaux de marnes grises (Domérien et Toarcien-Aalénien) beaucoup plus épais. Qualifiés de « schistes bitumineux », ces shales ont donné lieu à une exploitation autour de 1930 dans la région de Séverac le château (Aveyron) et à plusieurs demandes de concession. Géologiquement, ces roches relativement jeunes (entre 180 à 185 millions d’années) et enfouies à des profondeurs inférieures à 1000 m ont vu leur matière organique se transformer en produits liquides (bitumes) restés piégés dans la roche mais pas en méthane, ce qui aurait nécessité nettement plus temps et surtout de profondeur (autour de 3000 m ). Plus localement, des niveaux apparentés existent dans le Jurassique moyen (Bajocien, Bathonien) et surtout le Callovien inférieur mais ils sont plus réduits et moins riches en bitume que les précédents. On pourrait aussi penser à certains niveaux du Trias (Keuper et Rhétien) où des produits de type pétrolier sont connus en petite quantité mais la grande irrégularité des dépôts de cette période, souvent lagunaires, avec gypse et sel gemme, et de leurs déformations ne se prêtent guère à une exploitation du type présenté. J’exclue par contre entièrement le socle hercynien qui est métamorphique dans tout le secteur considéré. On ne trouve du Paléozoïque sédimentaire avec quelques schistes noirs que plus au SO, dans la Montagne Noire , hors des périmètres des permis de recherche demandés. A noter que cette zone présente une tectonique extrêmement compliquée (plis et failles très abondants), ce qui est éminemment défavorable à ce genre d’exploitation ; seule une partie des Causses doit présenter une régularité suffisante pour que ce soit envisageable.
-          La zone des garrigues (Permis de Montélimar, qui va jusqu’à Montpellier, plaine d’Alès, Navacelles…). Les mêmes formations s’y prolongent généralement en profondeur, s’épaississant assez fortement vers le sud-est et elles sont souvent recouvertes par des terrains crétacés ou cénozoïques (tertiaires). Le Toarcien peut être intéressant là où il est assez profond et surtout assez épais mais il est très mal connu. Plus bas, le Trias a donné un peu de pétrole et de gaz « conventionnels » et certains niveaux comme les shales noirs du Rhétien peuvent justifier une étude. Le Primaire est partout inconnu mais probablement métamorphique.
 
Remarques : la désagrégation à l’explosif d’un niveau rocheux crée une zone de faiblesse en profondeur et des risques de tassement beaucoup plus graves que les tirs eux-mêmes. Les infos sur des conséquences néfastes que j’ai pu lire en bibliographie (USA, Canada, Pologne) se rapprochent beaucoup des effets des effondrements miniers bien connus par exemple en Lorraine : nombreux petits séismes, déformations de surface, remontée de gaz ou de liquides divers par des fissures remontantes ouvertes ou activées par le tassement. Si les premiers n’ont lieu que pendant un temps limité, la pollution de nappes situées au dessus, karstiques ou pas, est fréquente et pratiquement irréversible.  
 
Michel Wienin (Vetus Reptator) 

 

Un autre lien du journal " le Monde " du 24 janvier 2011 sur notre sujet gaz de schiste:

http://www.lemonde.fr/planete/article/2011/01/24/jose-bove-l-etat-a-decide-de-l-omerta-sur-le-gaz-de-schiste_1469961_3244.html

 

 

Repost 0
21 janvier 2011 5 21 /01 /janvier /2011 08:07

 bandeau.jpg

 

  Hier jeudi20 Janvier vous avez pu voir au journal de FR3 languedoc roussillon cette information sur le gaz de schiste sur le Larzac:

  http://languedoc-roussillon.france3.fr/info/vives-inquietudes-face-au-gaz-de-schiste-66955530.html

 

 

La France se rève en usine à gaz (de Schiste)

 

Total, GDF Suez et Schuepbach Energy, ce sont les trois principales entreprises qui s’apprêtent à explorer le sous-sol d’une zone allant de Montélimar à Montpellier (soit près de 15 000 km2) et qui remonte jusqu’au Larzac. Sous nos pieds, espèrent-elles, il y aurait du gaz. Des dizaines de milliards de m3 de gaz naturel. Les Américains l’ont baptisé «shale gas»; les Canadiens ont opté pour «gaz de schiste». On assiste à une ruée vers cet or gazeux, qui a révolutionné le marché de l’énergie : en 10 ans, les Etats-Unis sont devenus le premier producteur de gaz -devant la Russie - frôlant l’indépendance énergétique ! Mais ce gaz dit «non conventionnel» (car non contenu dans une poche géologique) a également réussi un autre prodige : celui d’éveiller à l’écologie une partie de l’administration et des opinions américaine et canadienne. La colère monte outre-Atlantique, où les riverains des forages assistent, impuissants, à la destruction des paysages, à la contamination de l’air et surtout de l’eau utilisée pour les forages. Aujourd’hui, cette «nouvelle » énergie fossile, débarque en France, dans le plus grand secret.

 

C’est un Suisse, Martin Schuepbach, géologue de métier et ancien d’Exxon Mobil notamment, qui a ouvert le ban en 2007, en sollicitant un permis d’explorer le sous-sol auprès du ministère de l’Ecologie, imité par Total l’année suivante. Le ministère a coupé la poire en deux et leur a délivré des permis d’explorer, le 1er mars 2010. Depuis, il ne se passe rien. Officiellement, pas un seul carottage, pas un seul forage. Dans quelques mois, GDF Suez pourrait toutefois ouvrir le bal des «forages expérimentaux» sur la commune de Villeneuve de Berg, en Ardèche. Le maire a déjà reçu la visite de plusieurs salariés de GDF Suez. «Les données disponibles (dans ce secteur) sont excellentes», confirmait Martin Schuepbach en mai 2010 dans le Bulletin de l’industrie pétrolière. «Le potentiel gazier y est de plusieurs dizaines de milliards de mètres cubes», indiquait l’ingénieur suisse. Mais pour aller chercher le gaz naturel dans les entrailles de la terre, il faut un savoir-faire que les entreprises frenchy n’avaient pas encore acquis. L’alliance avec des entreprises américaines s’est donc avérée incontournable. Début 2010, Total a donc acquis 25% de Chesapeake Energy’s, le leader mondial de l’exploration - pour 2,25 milliards de dollars - afin d’opérer sur le permis dit «de Montélimar». GDF-Suez a préféré un mariage à trois pour explorer le permis dit «de Nant» (Larzac), s’alliant avec Schuepbach Energy et Dale, champion mondial dans «le forage en milieu urbain».

 

La technique pour ramener le gaz à la surface est nouvelle, délicate et surtout, désastreuse sur le plan environnemental. La «fracturation hydraulique horizontale», c’est son nom, consiste à provoquer des failles à l’aide d’un liquide envoyé à très forte pression, pour libérer le gaz pris dans la roche compacte, à environ 2000 mètres de profondeur. Trois «ingrédients» sont nécessaires pour créer ces mini-séismes : des quantités phénoménales d’eau (entre 10 000 et 15 000 m3, soit 10 à 15 millions de litres), additionnées de produits chimiques - pour attaquer la roche - et de micro-billes de la taille de grains de sable – pour maintenir ouvertes les failles créées par le liquide. Une partie de ce cocktail «eau-produits chimiques» est aspirée à la surface, en même temps que le gaz.

 

L’eau est le nœud gordien du gaz de schiste. Aux Etats-Unis, elle est acheminée par centaines de camions-citernes, engendrant trafic sur les routes et pollution de l’air. Extraite du puits, elle doit être à nouveau transportée pour être stockée dans des réservoirs gigantesques. Certaines stations d’épurations municipales qui ont accepté de les retraiter dans leurs installations classiques ont eu de mauvaises surprises. Car cette eau est contaminée par les composés que renferme le sous-sol (métaux lourds, sel, éléments radioactifs, hydrocarbures, etc…), auxquels s’ajoutent les additifs utilisés pour faciliter la fracturation (plus de 500 ont déjà été recensés). Aux Etats-Unis et au Canada, la composition de ces additifs est protégée par le secret industriel ! En 2005, Dick Cheney, alors vice-président de George W. Bush et ex-PDG du géant de l’énergie Halliburton, leader mondial du gaz de schiste, réussit à faire voter une loi qui empêche l’EPA, l’Agence fédérale pour l’environnement, d’analyser les eaux utilisées pour la « fracturation ». Sans analyse, pas de problème… Début septembre 2010, devant la colère grandissante des habitants voisins des puits, l’EPA a sommé neuf entreprises de révéler la composition des additifs. Même si Halliburton a peu ou prou refusé de s’exécuter, il était temps que les autorités américaines réagissent. Car les images de riverains mettant le feu, en quelques secondes, à l’eau du robinet avec un briquet -tant celle-ci est chargée en gaz infiltré dans des aquifères endommagés- se multipliaient sur Internet. Un éditorialiste québécois fait un parallèle inquiétant : « Sur le plan environnemental, le gaz de schiste est au gaz naturel ce que les sables bitumeux sont au pétrole. »

 

Evidemment, en France, la question de l’impact sur l’environnement ne pouvait être ignorée. Mais GDF-Suez «ne désire pas s’exprimer pour l’instant » (dans l’attente d’un accord juridique définitif avec Schuepbach Energy). Total affirme, lui, se pencher sur des «programmes de recherche pour améliorer le process». Le ministère de l’Ecologie, qui n’a convoqué aucune réunion sur la question de l’eau, assure avec fermeté qu’ «on ne va pas travailler à l’américaine ». Quid alors de l’utilisation massive d’eau, ainsi que de sa pollution? «L’eau sera prélevée dans des zones aquifères profondes et non potables, puis traitées avant d’être rejetées dans le milieu. Et les ingénieurs des compagnies pétrolières inventeront des techniques moins gourmandes en eau.» Dans un courrier à l’ex-ministre, Jean-Louis Borloo, la direction «Exploration Production des hydrocarbures» estime par ailleurs qu’il faudra adopter «une attitude vigilante mais proportionnée dans la mise en œuvre de l’extraction». Traduction d’un responsable du ministère du l’Ecologie : «Il ne faudra pas casser le projet industriel en imposant trop de normes environnementales.» Car, comme le note Charles Lamiraux, le responsable «exploration et production des hydrocarbures pour la France» au ministère de l’Ecologie, le pays est à un « carrefour historique de son histoire pétrolière». Cette perspective quasi miraculeuse d’acquérir l’indépendance énergétique, tant pour le gaz que pour le pétrole sonne comme un appel quasi irrésistible. «La recherche d’hydrocarbures en France, qui est une ressource stratégique, reste une priorité», confirme le géologue.

 

Une «révolution silencieuse» - selon l’expression de l’ex-patron de BP - est donc en marche en France, comme en Allemagne, en Chine, en Amérique latine ou encore en Russie. Le ministère de l’Ecologie et les entreprises en lice insistent : «Nous en sommes à la phase d’exploration. Personne ne sait encore quelles quantités de gaz renferme le sous-sol français et si cela sera rentable.» Pierre Batellier, porte-parole d’un groupement de citoyens canadiens opposés à l’exploitation du gaz de schiste, prévient les Français : «Même l’exploration est loin d’être neutre au plan environnemental.» José Bové regrette, lui, l’absence de débat : «Comme pour le nucléaire, l’Etat a décidé seul, sans consulter les populations sur leurs besoins en énergie. Tant pis pour eux», conclut l’eurodéputé, bien décidé, à l’heure du facteur 4 (3) et des énergies renouvelables, à croiser le fer contre cette énergie fossile et contre ceux qui veulent la libérer.

 

 

 

Texte réalisé à partir de l’article de Marine Jobert publié dans Terraeco.net le 15/12/2010 :

http://www.terra-economica.info/La-France-se-reve-en-usine-a-gaz,14415.html

 

Repost 0
10 janvier 2011 1 10 /01 /janvier /2011 13:24

Pour tous ceux qui comme moi, ont manqué l'émission "CO2 mon amour"sur France Inter avec Denis Chessieux, je vous envoie le lien où vous pourrez tranquillement l'écouter..

On y parle d'abeilles, de gaz de schiste, d'écologie...

 http://rf.proxycast.org/m/media/273073201426/c=vie+pratique/p=CO2+mon+Amour_10006/l3=20110108/l4=/http://media.radiofrance-podcast.net/podcast09/10006-08.01.2011-ITEMA_20262410-0.mp3

 

 

une conférence est programmée au Corum de Montpellier le vendredi 11 février à 20 h  (Salon du Belvédère)
" l’Extraction des gaz de schistes, une terreur pour notre eau potable " avec André CICOLELLA, Agence française de sécurité sanitaire de l’environnement et Fabrice NICOLINO, journaliste enquêteur. La conférence sera filmée par Daniel Berneron

 

 

La contestation sur les gaz de schiste semble aujourd’hui gagner le terrain des collectivités locales. Réunis en conseil municipal mercredi, les élus de Sainte-Eulalie-de-Cernon ont exprimé leur opposition à cette prospection et ont délibéré à l’unanimité afin d’obtenir un moratoire sur la question.

http://www.midilibre.com/articles/2...

 

 

un site à regarder dans le même sujet :   http://yonne.lautre.net/spip.php?article4580

 

et une vidéo qui nous vient du Canada où l'on exploite déjà ce gaz de schiste :

 

http://www.youtube.com/watch?v=5itRzf1QEkE&feature=related

 

 

Repost 0
4 janvier 2011 2 04 /01 /janvier /2011 11:59

ORDONNANCE POUR PROTÉGER LA SANTÉ, LA SÉCURITÉ ET BIEN-ETRE DES RÉSIDENTS ET QUARTIERS DE PITTSBURGH en interdisant l'exploitation commerciale du gaz naturel dans la ville; ETABLIR UNE CHARTE DES DROITS DES RÉSIDENTS DE PITTSBURGH; ET RETRAIT DE POUVOIR JUDICIAIRE DE SOCIÉTÉS D'EXTRACTION DE GAZ DANS LA VILLE

Section 1-Nom
 Cette ordonnance doit être connue et peut être cité comme "Pittsburgh communautaire de protection de gaz naturel Extraction ordonnance."

Section 2-Autorité
Cette ordonnance est édictée en vertu du droit inhérent des habitants de la ville de Pittsburgh pour gouverner leur propre communauté, y compris, sans s'y limiter, la Déclaration de la déclaration de l'indépendance que les gouvernements sont institués pour garantir les droits des personnes, et la reconnaissance par la Constitution de Pennsylvanie qui «tout le pouvoir est inhérent à la population."

Section 3-Les résultats et objectifs

Attendu que le Conseil de la ville de Pittsburgh constate que l'extraction commerciale de gaz naturel dans l'environnement urbain de Pittsburgh constitue une menace sérieuse pour la santé, la sécurité et le bien-être des résidents et des quartiers dans la ville, et

Considérant que, le conseil municipal estime que des impacts globaux de la santé humaine et l'environnement ont entraîné l'extraction de gaz commerciaux dans d'autres domaines.

Considérant que, le conseil municipal estime que la régulation de l'activité d'extraction de gaz commerciales signifie automatiquement pour permettre l'extraction de gaz commerciaux de se produire dans la ville, permettant ainsi le dépôt de toxines dans l'air, le sol, l'eau, l'environnement, et les corps des habitants de notre ville et

Considérant que, le conseil municipal estime que les limites réglementaires significatives et des interdictions concernant l'extraction de gaz naturel, ainsi que les dispositions de zonage et de la terre, sont interdits, car ils entrent en conflit avec certains pouvoirs de justice réclamés par les sociétés d'extraction des ressources;

Considérant que, le conseil municipal reconnaît que la durabilité environnementale et économique ne peut être atteint si les droits des majorités municipales sont systématiquement remplacées par des minorités d'entreprise revendiquant certains pouvoirs juridiques et

Considérant que, le conseil municipal estime que la protection des résidents, des quartiers et l'environnement naturel constitue le meilleur usage possible et de la police des pouvoirs que la municipalité possède et

Considérant que, le conseil municipal estime que la législation locale qui incarne les intérêts de la communauté est mandatée par la doctrine du consentement des gouvernés, et le droit de locaux, de la communauté sur l'autonomie gouvernementale;

Par conséquent, le conseil municipal adopte par la présente ordonnance, qui interdit l'exploitation commerciale du gaz naturel dans la ville de Pittsburgh, crée une charte des droits pour les résidents et les communautés de la ville, et supprime certains pouvoirs juridiques des sociétés d'extraction de gaz en activité dans la ville de Pittsburgh.

Section 4 - Déclarations de droit - droits des résidents de Pittsburgh et l'environnement naturel

Section 4.1: droit à l'eau. Tous les résidents, les communautés naturelles et des écosystèmes à Pittsburgh possèdent un droit fondamental et inaliénable de manière durable l'accès, l'utilisation, de consommer, et de préserver l'eau puisée dans les cycles hydrologiques naturels qui fournissent l'eau nécessaire pour maintenir la vie dans la ville.

Section 4.2: Droits des communautés naturelles. Les communautés naturelles et des écosystèmes, y compris, mais sans s'y limiter, les zones humides, ruisseaux, rivières, nappes phréatiques, et autres réseaux d'eau, possède des droits inaliénables et fondamentaux d'exister et de prospérer au sein de la ville de Pittsburgh. Les résidents de la ville doit posséder la capacité juridique de faire respecter ces droits au nom de ces communautés et des écosystèmes naturels.

Section 4.3: Le droit à l'autonomie gouvernementale. Tous les résidents de Pittsburgh ont le droit fondamental et inaliénable à une forme de gouvernance où ils vivent, qui reconnaît que tout pouvoir est inhérent au peuple, que tous les gouvernements libres sont fondées sur l'autorité du peuple et du consentement, et que les personnes morales et leurs dirigeants et les gestionnaires ne doivent pas jouir de privilèges spéciaux ou des pouvoirs en vertu de la loi qui font les majorités communautaires qui leur sont subordonnés.

Section 4.4: Les gens comme souverain. La ville de Pittsburgh est l'autorité dirigeante responsable, et régi par les habitants de la ville. L'utilisation de la "ville de Pittsburgh« corporation municipale par le peuple souverain de la Ville de faire la loi ne doit pas être interprétée comme limitant ou la remise à l'autorité souveraine ou immunités des citoyens d'une municipalité qui est subordonné à eux en tous points à tous les fois. Le peuple en tout temps profiter et de conserver un droit inaliénable et imprescriptible à l'auto-gouvernance dans la communauté où ils résident.

Section 5-Déclarations de la loi - Interdictions et Corporate privilèges juridiques

Section 5.1. Il est interdit à toute société de se livrer à l'extraction de gaz naturel dans la ville de Pittsburgh. "Extraction", le creusage ou forage d'un puits à des fins d'exploration, de développement ou la production de gaz naturel ou d'autres hydrocarbures. "Gaz naturel": toute substance gazeuse, soit combustible ou incombustible, qui est produite dans un état naturel de la terre et qui maintient l'état gazeux ou raréfié à la température standard ou des conditions de pression et / ou gazeux composants ou de vapeurs se produisant dans ou dérivées du pétrole ou du gaz naturel.

Section 5.1.1. Exceptions: les puits de gaz naturel installé et opérationnel au moment de la promulgation de la présente ordonnance sont exemptés de l'article 5.1 interdiction de l'extraction de gaz naturel. Cette exemption ne s'applique pas aux baux existants.

Section 5.2. Sociétés en violation de l'interdiction de l'extraction du gaz naturel, ou qui désirent se lancer dans l'extraction de gaz naturel ne doit pas avoir les droits des «personnes» offerte par les États-Unis et les Constitutions de la Pennsylvanie, ni celles des sociétés de prévoir la protection du commerce ou de contrats clauses dans la Constitution des États-Unis ou sections correspondantes de la Constitution de Pennsylvanie. "Sociétés", aux fins de la présente ordonnance, comprend toute corporation, société en commandite, société à responsabilité limitée, une fiducie commerciale ou une société à responsabilité limitée constituée en vertu des lois de tout État des États-Unis ou en vertu des lois de tout pays, et tout autre entité commerciale qui possède l'État confère à responsabilité limitée attributs pour ses propriétaires, administrateurs, dirigeants, et / ou gestionnaires.

Section 5.3. Sociétés engagées dans l'extraction de gaz naturel ne doit pas posséder l'autorité ou le pouvoir de faire respecter l'État ou la loi fédérale préventive contre le peuple de la ville de Pittsburgh, ou de contester ou d'annuler les arrêtés municipaux adoptés par le Conseil de la ville de Pittsburgh.

Section 5.4. Aucun permis, licence, un privilège ou d'une charte délivrée par un État ou un organisme fédéral, la Commission ou du Conseil à toute personne ou toute société d'exploitation en vertu d'une charte d'État, ou de tout administrateur, dirigeant, propriétaire ou gérant d'une société d'État en vertu d'une charte, qui violerait les interdictions de la présente ordonnance ou de priver un résident de la ville (s), communauté naturelle, ou d'un écosystème de tous les droits, privilèges ou immunités garantis par la présente ordonnance, la Constitution de Pennsylvanie, aux États-Unis Constitution, ou d'autres lois, doit être considérée comme valable dans la ville de Pittsburgh.

Section 6-application de la loi

Section 6.1: Toute personne, société ou autre entité qui contrevient à une interdiction de la présente ordonnance est coupable d'une infraction sommaire et, sur déclaration de culpabilité de celui-ci par un juge de district, doit être condamné à payer l'amende maximale prévue par le droit de l'État pour que la violation , et ne peut être emprisonné dans la mesure permise par la loi. Une infraction distincte prend naissance pour chaque jour ou partie de celle-ci où une violation se produit et pour chaque section de la présente ordonnance trouve à être violés.

Section 6.2: La ville de Pittsburgh peut aussi appliquer cette ordonnance par une action en équité devant la Cour des plaids communs du comté d'Allegheny. Dans une telle action, la ville de Pittsburgh est en droit de recouvrer tous les coûts de litiges, y compris, sans limitation, les experts et les honoraires d'avocat.

Section 6.3: Toute personne résidant en ville a le pouvoir de faire respecter la présente ordonnance par une action en équité devant la Cour des plaids communs du comté d'Allegheny. Dans une telle action, le résident a le droit de recouvrer tous les coûts de litiges, y compris, sans limitation, les experts et les honoraires d'avocat.

Date de l'article 7-efficace et Permitholders DEP existants

La présente ordonnance sera en vigueur cinq (5) jours après la date de sa promulgation, à quel point l'ordonnance s'applique à toutes les extractions commerciale du gaz naturel à Pittsburgh indépendamment de la date de tout permis DEP applicable.

Section 8-populaire droit à l'auto-gouvernement

Section 8.1. La fondation pour la réalisation et l'adoption de cette loi est le droit du peuple fondamental et inaliénable de se gouverner, et assurer ainsi leur droit à la vie, la liberté et la poursuite du bonheur. Toute tentative d'utilisation d'autres unités et les ordres de gouvernement à anticiper, modifier, modifier ou infirmer cette ordonnance, ou des parties de la présente ordonnance, doit demander au Conseil de ville pour tenir des réunions publiques qui explorent l'adoption d'autres mesures qui élargissent le contrôle local et la capacité des résidents à protéger leur droit fondamental et inaliénable à l'autonomie gouvernementale. Cet examen peut comprendre des mesures pour séparer la municipalité des autres niveaux de gouvernement servir à écarter, modifier, modifier ou annuler les dispositions de la présente ordonnance ou d'autres ordres de gouvernement utilisé pour intimider le peuple de la ville de Pittsburgh ou de leurs représentants élus.

Section 9-Divisibilité

Les dispositions de la présente ordonnance sont dissociables. Si un tribunal de juridiction compétente décide que toute la section, l'article, une phrase, une partie ou disposition de la présente ordonnance est illégale, invalide ou inconstitutionnelle, cette décision ne porte pas atteinte, atteinte, ou d'invalider l'une des sections restantes, les clauses, les peines, pièces, ou des dispositions de l'ordonnance. Le Conseil de la ville de Pittsburgh déclare que dans le cas d'une telle décision, et la détermination que la décision du tribunal est légitime, il aurait adopté la présente ordonnance, même sans l'article, l'alinéa, la phrase, une partie, ou de dispositions que le tribunal décide qu'il est illégale, invalide ou inconstitutionnelle.

Section 10-Repealer

Toutes les dispositions incompatibles des ordonnances préalablement adoptée par la ville de Pittsburgh sont abrogées, mais seulement dans la mesure nécessaire pour remédier à l'incohérence.


ADOPTÉ ET FAIT ce ___ jour de __________, 2010, par le Conseil de la ville de Pittsburgh.


Par: ____________________________

 

Repost 0
30 décembre 2010 4 30 /12 /décembre /2010 08:37

 

 

Une étude tchéco-allemande montre aujourd’hui que les cerfs, les chevreuils et même les vaches broutent et se reposent de préférence en s’alignant sur l’axe des pôles magnétiques. La création des fourmillieres ou aimant.jpgl'hibernation de l'Ours ou de la tortue se font en des lieux favorisés par le Tellurisme.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Pour enrayer la disparition des Abeilles des essais ont été entrepris avec des aimants.

C'est ce qu'a observé Mr Edouard Strezpek sur 50 ruches pendant 3 ans ( Abeilles et fleurs n°716). Aprés des pertes de colonies importantes, il a mis des aimants dans ses ruches et non seulement elles ont résisté aux hivers mais ses récoltes ont plus que doublé. les colonies semblent moins dépendantes de facteurs extérieurs, de nourissements ….

La magnétothérapie vise à soigner des troubles liés aux fractures, au stress et à rétablir les équilibres de champs électromagnétiques présents dans le corps..

Certains animaux pour s'orienter ont dans leur cerveau de petits aimants qui les renseignent sur les lignes de champ ( boussoles intégrées ). C'est le cas des pigeons voyageurs.

Les Abeilles communiquent en utilisant des bandes de fréquence de 150 à 250 Hz correspondantes aux fréquence utilisées pour les téléphones portables. Leur cerveau contient de la magnétite tout comme le pigeon ou l'Homme...Le fait de mettre des aimants dans la ruches et de provoquer un champ beaucoup plus élevé ( 3000 Gauss ), sature les magnétites et permet aux abeilles de travailler plus paisiblement.



Comment placer les aimants :

 

Il est conseillé de mettre les aimants dans l’orientation respectant le champ magnétique terrestre. Le respect du champ magnétique terrestre est important pour les abeilles. Pour ce faire on met le pôle sud magnétique de l’aimant dirigé vers le sud de la terre, donc le pôle sud géographique de la terre est un pôle nord magnétique. Le champ magnétique terrestre allant du Nord au sud géographique.

Où trouver des aimants:

Lors de l'assemblée générale à Laurens le 16 Janvier le syndicat «  l'abeille Héraultaise » en achetera quelques uns pour les Apiculteurs. A cette occasion des Apiculteurs déjà utilisateurs pourront vous parler de leur expérience et des résultats obtenus .


 

A travers des recherches sur le net, je peux vous conseiller ce mois çi d'aller vagabonder sur le site de yannick Van Doorne: http://magnetoculture.com. Un collègue Belge que nous pourrons éventuellement inviter pour notre plaisir car il est passionnant.

 



 

 

 

 







Repost 0
Published by jlP - dans Apiculture
commenter cet article
25 décembre 2010 6 25 /12 /décembre /2010 19:08

Un lien interessant vers le bulletin d'information du BEPH de mars 2010 provenant de la Direction de l'Energie du Ministère de l'Ecologie, de l'énergie , du développement durable et de la mer:

. http://www.developpement-durable.gouv.fr/IMG/pdf/Bull-beph_03_2010.pdf

 

BEPH17.jpg

  page 17 de ce document, vous pouvez  voir cette carte correspondant au périmètre des recherches prévues en Languedoc Roussillon sur une superficie de 4414 hectares.

 

On a essayé à partir d'une carte IGN de tracer les limites de cette zone:

 


coté est:

  remonte de Vic le Gardiole (à l'est de Sête), tangent à la peripherie ouest de Montpellier,
  passant par St Martin de Londres, Ganges
  indentatation vers l'ouest, incluant Le Vigan, Alzon,
  puis remontant vers le nord, prenant Saint-Jean-du-Bruel et Nant,
  et partant de ma carte IGN de l'Hérault (ayant fait 3/5 de son voyage vers le nord)


coté ouest:

juste au nord de Meze,
  on évite Montagnac, mais inclut Peret, Clermont l'Hérault (laissant le Lac de Salagou dehors)
  au nord jusqu'à Saint Privat,
  vers l'ouest jusqu'à Avène (ainsi excluant Lodève, à peine) mais incluant Soubès
  au nord, proche Fondamente
  à l'ouest, incluant Latour
  au nord, jusqu'à Saints Jean et Saint Paul
  à l'ouest, jusqu'aux portes de Saint Affrique
  à nord et à l'est, jusqu'à la sortie de l'autoroute A75 pour Millau,
  puis au nord, et quittant ma carte IGN de l'Hérault


Partie nord:


  remontant  au nord de Millau jusqu'à Saint Geniez d'Olt,


  à l'est, jusgu'à Mende
  au sud, vers Alzon (et incluant Nant bien sûr)


Ainsi, TOUT LE LARZAC est visé. et  en effet, une bonne partie du territoire au sud des Cevennes.
(Une autre parcelle capte la region autour d'Alès page 19 avec 215 km2)

  Partie sud de leur parcelle:


coté est: remonte de Vic le Gardiole (à l'est de Sête), tangent à la peripherie ouest de Montpellier,
  passant par St Martin de Londres, Ganges
  indentatation vers l'ouest, incluant Le Vigan, Alzon,
  puis remontant vers le nord, prenant Saint-Jean-du-Bruel et Nant,
  et partant de ma carte IGN de l'Hérault (ayant fait 3/5 de son voyage vers le nord)


coté ouest: juste au nord de Meze,
  on évite Montagnac, mais inclut Peret, Clermont l'Hérault (laissant le Lac de Salagou dehors)
  au nord jusqu'à Saint Privat,
  vers l'ouest jusqu'à Avène (ainsi excluant Lodève, à peine) mais incluant Soubès
  au nord, proche Fondamente
  à l'ouest, incluant Latour
  au nord, jusqu'à Saints Jean et Saint Paul
  à l'ouest, jusqu'aux portes de Saint Affrique
  à nord et à l'est, jusqu'à la sortie de l'autoroute A75 pour Millau,
  puis au nord, et quittant ma carte IGN de l'Hérault


Partie nord:


  remontant  au nord de Millau jusqu'à Saint Geniez d'Olt,
  à l'est, jusgu'à Mende
  au sud, vers Alzon (et incluant Nant)


Ainsi, TOUT LE LARZAC est visé. et en effet, une bonne partie du territoire au sud des Cevennes.
(Une autre parcelle capte la region autour d'Alès)

 

Nous avons trouvé un article trés interessant sur le Gaz de schiste de Ben Parfitt de  l'université de Toronto qui nous donne une idée de la technique utilisée, des quantités d'eau et de produits mis en jeu mais aussi des conséquences sur le santé publique et les impacts environnementaux des activités de l'industrie du gaz nature. ProPublica a fait rapport sur un incident dans le comté de Sublette du Wyoming où un échantillon d'eau semblait contenir des dérivés benzéniques  provoquant aplasie  leucémie.

 

Le lien est le suivant :  http://www.scribd.com/doc/41569890/Shale-Gas-Report-October-2010   , nous espérions pouvoir vous fournir assez rapidement la traduction si nous la trouvons sur le net ou si l'un d'entre vous se charge de nous l'envoyer.

La traduction obtenue est ici:

http://www.powi.ca/pdfs/groundwater/Points-de-Rupture_Fr_14oct.pdf

Nous restons trés vigilant sur ce dossier et nous souhaitons avoir un maximum d'information pour constituer un dossier assez rapidement.

.

Repost 0
23 décembre 2010 4 23 /12 /décembre /2010 21:42

Voici, en bref (pour vous donner envie d'en savoir plus) ce qu'un de nos amis présent à  la réunion de lundi 21 décembre à St Jean du Bruel a retenu .

(Ce n'est pas vraiment un compte rendu de la réunion mais la vision très inquiétante d'un avenir proche.)

Aujourd'hui un permis a été accordé par le ministère de l'environnement  (JL Borloo ) pour faire des recherches de gaz de schistes

sur une zone qui s'étend de St Affrique, Nant, le massif de l'Aigoual à Montpellier.  (une autre zone remonte du Gard dans la vallée du Rhône et l'Ardèche.).

Si les résultats des recherches sont satisfaisants pour les gaziers, il est inévitable que la phase d'exploitation verra le jour.

D'après les explications  l'exploitation de gaz de schiste aura des conséquences graves à plusieurs niveaux.

Au sol:
 Création de nombreuses pistes de 15 m de large pour le passage des camions. Ces pistes quadrillerons le paysage car l'exploitation nécessite de nombreux puits.

La distance entre chaque puits peut être que de quelques centaines de mètres seulement. Nous avons vu des photos des exploitations actuelles en

Amériques et c'est très impressionnant et inquiétant; le paysage est complétement bouleversé.
Pour la création d'un seul puits, en plus des pistes d'accès, il y a un décapage du sol et de la végétation (arbres compris) au bulldozer sur une surface

suffisamment grande permettant :
-l'installation du puits,
-la création d'une importante  retenue d'eau,
-le stockage des  citernes de produits chimiques,
-l'installation de tuyauteries pour acheminer le gaz vers les usines de traitement
- le stationnement d'au moins une trentaine de camions transporteurs d'eau autour du puits etc...

et on recommence un peu plus loin pour un autre puits. etc... etc...etc...

Sous terre:

Cette méthode d'exploitation (par fragmentation des schistes) demande des quantités importantes d'eau (10 à 15 millions de litres d'eau par puits).

Elle demande aussi l'utilisation de plus de 500 (oui, il y a bien deux zéros) produits chimiques. Normalement le puits est bétonné sur les côtés des conduites

pour éviter les pollutions, mais l'expérience américaine a montré que malgré ces précautions il y a pollution des nappes phréatiques et contamination des eaux de sources .


Dans les airs:

Bruits
Pollution de l'air, gaz à effets de serre, nombreuses substances chimiques nuisibles pour la santé et à des taux nettement supérieurs à ce qui est "tolérable".
Pluies acides
Problèmes respiratoire etc....


Concernant l'accès aux terrains, le code minier est très favorable à la cause des gaziers et les expropriations ne seront qu'une simple formalité.

QUE FAIRE ?

Les gens présents à cette réunion sont d'accord pour monter un groupe de résistance. Plusieurs actions sont prévues.

1) Constituer un réseau (le plus vaste possible,régional, national européen (les polonais sont dans le même cas)

2) Demander un moratoire (au nouveau ministre Eric Besson)

3) recueillir 500 000 signatures pour revoir le projet ( proposition des Amis de la Terre)

4) parrainer les villages de Nant et St Jean du Bruel avec des villages Québécois qui connaissent ce type d'aventure, et qui de plus parlent français

(c'est plus efficace pour la compréhension de tous).

Donc concrètement pour être informé en permanence de l'avancement du projet, la première chose à faire et de communiquer vous coordonnées à:

nonaugazdeschiste@gmail.com

 

un lien interessant pour votre information:

http://www.rue89.com/corinne-lepage/2010/12/20/pour-un-moratoire-immediat-sur-l-exploitation-des-gaz-de-schiste-181672

 

Vous pouvez signer la pétition en ligne : ( voir ci-dessous)

 

http://www.lapetition.be/en-ligne/contre-l-exploitation-du-gaz-d=-schiste-8997.html

 

 

 

 

 

Repost 0
22 juin 2010 2 22 /06 /juin /2010 22:36

chorale15

Sous le clocher de cette église, à laquelle depuis peu a été réinstallée notre belle girouette, se passait des choses étranges ce 21 Juin 2010.... C'était la fête de la musique et pour la deuxième année consécutive la chorale de La Vacquerie nous a montré ce dont elle était capable ! Un vrai bonheur.

Bravo à dominique(s), colette, nathalie, véronique, simone, christiane, robert,william.

chorale3chorale1chorale2

chorale4

 

chorale5

 

chorale1

chorale8

chorale17

Pierrot notre Potier nous fait une démonstration de cornemuse aprés avoir entendu sagement la chorale dans l'enceinte de l'église

 

fm19

fm20

 

 

Repost 0
Published by jlP - dans La Vacquerie
commenter cet article
12 juin 2010 6 12 /06 /juin /2010 00:42

Inauguration aujourd'hui de cette trés belle exposition qui provient au deux tiers du musée Maurice Denis à Saint Germain en laye et pour le reste à des collectionneurs privés.

Les deux commissaires sont Frederic Bigo, directeur délégué du musée -jardin Maurice Denis- et Gilles Genty, historien de l'art, spécialiste des Nabis. Parmi ces derniers on peut trouver de nombreuses oeuvres et écrits de Maurice Denis, Pierre Bonnard, Odilon Redon...

Cette exposition sera ouverte jusqu'au 14 Novembre, tous les jours de 10h à 19h sauf le lundi et le mardi jusqu'à 22h.

 

gauguin1gauguin2

Repost 0
3 mai 2010 1 03 /05 /mai /2010 09:21

Pour la deuxième année, ce petit journal " l'étape du Larzac "vous présente le meilleur de notre région.

Loisirs et Découvertes

Artisanat et Boutiques

Restaurants et terroir

Hébergements et Gîtes

Animations et marchés

Offices de Tourisme

Histoires locales

 

Bien sûr vous trouverez le " Relais des Faïsses " et je vous propose de vous l'expédier à mes frais bien sûr comme l'année dernière. En même temps également si vous le souhaitez de vous donner tous les renseignements sur la région .

roumanis34@gmail.com

 

l'etape du larzac

Repost 0