Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Compteur

            

Info

Ouverture d'un nouveau Blog associatif:
Larzac environnement

Articles Récents

23 décembre 2010 4 23 /12 /décembre /2010 21:42

Voici, en bref (pour vous donner envie d'en savoir plus) ce qu'un de nos amis présent à  la réunion de lundi 21 décembre à St Jean du Bruel a retenu .

(Ce n'est pas vraiment un compte rendu de la réunion mais la vision très inquiétante d'un avenir proche.)

Aujourd'hui un permis a été accordé par le ministère de l'environnement  (JL Borloo ) pour faire des recherches de gaz de schistes

sur une zone qui s'étend de St Affrique, Nant, le massif de l'Aigoual à Montpellier.  (une autre zone remonte du Gard dans la vallée du Rhône et l'Ardèche.).

Si les résultats des recherches sont satisfaisants pour les gaziers, il est inévitable que la phase d'exploitation verra le jour.

D'après les explications  l'exploitation de gaz de schiste aura des conséquences graves à plusieurs niveaux.

Au sol:
 Création de nombreuses pistes de 15 m de large pour le passage des camions. Ces pistes quadrillerons le paysage car l'exploitation nécessite de nombreux puits.

La distance entre chaque puits peut être que de quelques centaines de mètres seulement. Nous avons vu des photos des exploitations actuelles en

Amériques et c'est très impressionnant et inquiétant; le paysage est complétement bouleversé.
Pour la création d'un seul puits, en plus des pistes d'accès, il y a un décapage du sol et de la végétation (arbres compris) au bulldozer sur une surface

suffisamment grande permettant :
-l'installation du puits,
-la création d'une importante  retenue d'eau,
-le stockage des  citernes de produits chimiques,
-l'installation de tuyauteries pour acheminer le gaz vers les usines de traitement
- le stationnement d'au moins une trentaine de camions transporteurs d'eau autour du puits etc...

et on recommence un peu plus loin pour un autre puits. etc... etc...etc...

Sous terre:

Cette méthode d'exploitation (par fragmentation des schistes) demande des quantités importantes d'eau (10 à 15 millions de litres d'eau par puits).

Elle demande aussi l'utilisation de plus de 500 (oui, il y a bien deux zéros) produits chimiques. Normalement le puits est bétonné sur les côtés des conduites

pour éviter les pollutions, mais l'expérience américaine a montré que malgré ces précautions il y a pollution des nappes phréatiques et contamination des eaux de sources .


Dans les airs:

Bruits
Pollution de l'air, gaz à effets de serre, nombreuses substances chimiques nuisibles pour la santé et à des taux nettement supérieurs à ce qui est "tolérable".
Pluies acides
Problèmes respiratoire etc....


Concernant l'accès aux terrains, le code minier est très favorable à la cause des gaziers et les expropriations ne seront qu'une simple formalité.

QUE FAIRE ?

Les gens présents à cette réunion sont d'accord pour monter un groupe de résistance. Plusieurs actions sont prévues.

1) Constituer un réseau (le plus vaste possible,régional, national européen (les polonais sont dans le même cas)

2) Demander un moratoire (au nouveau ministre Eric Besson)

3) recueillir 500 000 signatures pour revoir le projet ( proposition des Amis de la Terre)

4) parrainer les villages de Nant et St Jean du Bruel avec des villages Québécois qui connaissent ce type d'aventure, et qui de plus parlent français

(c'est plus efficace pour la compréhension de tous).

Donc concrètement pour être informé en permanence de l'avancement du projet, la première chose à faire et de communiquer vous coordonnées à:

nonaugazdeschiste@gmail.com

 

un lien interessant pour votre information:

http://www.rue89.com/corinne-lepage/2010/12/20/pour-un-moratoire-immediat-sur-l-exploitation-des-gaz-de-schiste-181672

 

Vous pouvez signer la pétition en ligne : ( voir ci-dessous)

 

http://www.lapetition.be/en-ligne/contre-l-exploitation-du-gaz-d=-schiste-8997.html

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires