Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Compteur

            

Info

Ouverture d'un nouveau Blog associatif:
Larzac environnement

Articles Récents

2 février 2009 1 02 /02 /février /2009 20:19
] En plus d'informations sur les différentes activités, les sites à voir à travers les photos de ce blog, je vous propose des hébergements en chambres d'hôtes chez moi... Un Larzacien converti par passion depuis longtemps à l'Apiculture. Infos cliquer ici
 
Article proposé par une  fidèle du blog "les amis  du larzac"
Pour Vaclav Klaus, le président tchèque, dont le pays assure actuellement la présidence tournante de l'Union européenne, le réchauffement climatique n'existe pas.
Lors du forum économique mondial de Davos, samedi 31 janvier 2009, M . Klaus a déclaré sur le changement climatique : «Je ne vois pas de données statistiques ....et je suis désolé de constater que certaines personnes comme Al Gore ne sont pas prêtes à écouter les théories concurrentes". "Le militantisme écologique et l'alarmisme sur le réchauffement climatique sont un défi pour notre liberté, et Al Gore est une personne importante dans ce mouvement", a-t-il ajouté.
Si Monsieur Klaus était le seul au monde à soutenir que le réchauffement climatique n'existe pas, nous pourrions peut-être ne pas entrer en polémique à ce sujet, mais il se trouve que la thèse du réchauffement planétaire est contredite et démentie par d'éminents astrophysiciens et climatologues. Bien entendu les pouvoirs politiques et financiers musèlent ces savants pour faire soutenir le contraire, dans des buts essentiellement financiers.
Ainsi la Thèse du Réchauffement planétaire très contestée par des climatologues et astrophysiciens, mais soutenue par des politiques et des experts commis par des milieux associatifs, thèse abondamment relayée par une nouvelle école de journalistes dits « climatologues » depuis quelques décennies, n'a pas manqué de favoriser les initiatives de quelques grands groupes producteurs d'énergies, toujours avides de profits , qui n'ont pas hésités à lancer des opérations gigantesques, certaines déjà réalisées, d'autres en cours de réalisation, pour ramener à eux toutes les initiatives, privant ainsi les particuliers d'initiative individuelle , notamment en matière d'énergie solaire ou éolienne.

Ces grands groupes qui n'ont pour objectif que de réaliser des produits financiers et dont les implantations de centrale photovoltaïque s'étendent sur plusieurs centaines d'hectares, ne respectent pas l'environnement et la destination initiale du patrimoine des régions bien souvent touristiques.

Leurs réalisations ou projet de réalisations sont souvent remis en cause par des écologistes, des associations de défense des paysages et des particuliers soucieux de préserver leur patrimoine culturel et touristique. Mais ils ne trouvent que peu d'audience dans les milieux politiques.

Les personnalités politiques locales, bien souvent « partagées » entre les intérêts financiers des groupes dont ils espèrent voir rejaillir un bénéfice sur leur commune, ne défendent pas efficacement les intérêts culturels, touristiques et patrimoniaux de leur administrés et le plus souvent bien au contraire soutiennent ce genre d'implantation.


Il est à noter que de telles implantations sont contestées dans des régions touristiques, pour des raisons économiques ou dans des régions de productions agricoles pour des raisons de pollution par des déchets toxiques (**), mais qu'elles sont mieux tolérées et admises dans des zones à fortes implantations industrielles.


(**)La présence même de produits polluants, en dehors du silicium, que l'on peut trouver dans ces installations tel que le trifluorure d'Azote (gaz 17000 fois plus toxique pour le réchauffement de la planète que le dioxyde de carbone), l'Arsenuire de gallium ou le Tellure de Cadmium...m'inquiète dans l'utilisation de ceux ci à l'échelon industriel.

ooOoo

Avant d'entrer dans le vif du sujet, il serait intéressant que le lecteur se reporte pour information à une étude de Bernard Beauzamy publié sur le Web, sous la référence « La mystification du réchauffement climatique SCM SA (réactualisée en 2006), étude qui avait été transmise au Secrétariat Général de la Défense National et Premier ministre en 2001.
Il ressort de la lecture du document de Monsieur Bernard Beauzamy, polytechnicien et mathématicien de renom international que :(lien)

1) Il n'existe actuellement aucune raison de penser que le climat global de la Terre connaisse une modification quelconque. Tous les arguments présentés pour prouver ces modifications reposent sur des falsifications, des erreurs de calcul ou de modèle, des fautes de raisonnement.

2) Le climat, de tous temps et en tous lieux, a connu de fortes variations locales. Bien plus, les données recueillies (par exemple l'élévation du niveau de la mer) montrent que le climat a été beaucoup plus sage au cours des 2 000 dernières années qu'au cours des 20 000 ans qui ont précédé. A l'inverse, les arguments prouvant par exemple une augmentation récente de la force des cyclones reposent sur des falsifications, des erreurs de calcul ou de modèle, des fautes de raisonnement.

3) Si le climat global de la Terre évolue (ce que nous n'avons actuellement aucun moyen de savoir, faute de données suffisantes), des variations d'activité solaire peuvent en être la cause. On sait que de telles variations existent, mais on ne sait pas les quantifier, ni quantifier leur influence sur le climat. A l'inverse, les arguments portant sur des variations de l'orbite terrestre reposent sur des erreurs de raisonnement.

4) L'ensemble des actions humaines entreprises pour lutter contre le "réchauffement climatique" (limitation des gaz à effet de serre, etc.) est absurde, grotesque, dépourvu de contenu scientifique comme d'efficacité : il s'agit d'une prière lancée en une langue incompréhensible à un dieu qui n'existe pas.

5) Si un réchauffement venait à s'installer en France, ce ne serait qu'un retour à une situation ancienne : par le passé, le climat français a été plus chaud qu'aujourd'hui.

ooOoo

Entrons dans le vif du sujet des avantages et inconvénients des implantations photovoltaïques, en prenant pour seul exemple un dossier en cours, qui vient de m'être transmis par l'un de mes correspondants, où il est fait mention des avantages et inconvénients de deux projets d'implantation de panneaux photovoltaïque sur plusieurs hectares .

A la lecture de ces documents on peut se rendre compte que l'intérêt économique final pour le consommateur n'est pas évident et qu'en matière de pollution la concentration de telles implantations est productrice d'émanations et de déchets toxiques nuisibles à l'environnement encore plus polluante que les sources productrices d'énergies classiques.


Voici le dossier que m'a transmis mon correspondant :


« Le 19 Décembre 2008 a eu lieu un Conseil municipal important à La Vacquerie(34). La municipalité, suite à une requête de propriétaires fonciers et de la Compagnie du Vent (groupe GDF-Suez) devait décider d'une procédure de modification partielle et simplifiée du Plan Local d'urbanisme (PLU).

« Deux projets d'implantation de panneaux photovoltaïques sont proposés sur des terrains privés. L'un de 70 hectares sur le bois du Mas de Jourde en totalité sur la Commune de La Vacquerie ; situé en bordure de la D 152 approximativement en face de la sculpture de Paul Darde(
lien) en direction de Vissec et tout proche du cirque de Navacelles. L'autre de 80 hectares sur le (GFA de Saint Martin d'Azirou en bordure de la D 9 qui mène, de Saint Baudile à la route de Ferussac, à 30 % sur notre commune.

Le projet du Mas de Jourde fait suite à un premier refus de modification de PLU pour un ensemble d'éoliennes, refusé pour avis défavorable de la DIREM. et l'hostilité de certaines associations de défense des paysages. Pour celui-ci les éoliennes ont été remplacées par des panneaux photovoltaïques et l'implantation a été déplacée pour ne pas être visible de la D 25. La modification rapide du PLU se justifie par les conditions avantageuses aujourd'hui de tels installations.

Cette procédure d'urgence néanmoins couteuse (environ 6000€) a été décidée au Conseil municipal du 19.12.08. Il va être demandé une aide financière à la communauté de communes pour participation aux frais.

L'intérêt des énergies renouvelables me semble justifié aujourd'hui par des arguments très éloignés des réalités citoyennes et environnementales. Hélas, il serait plus efficace aujourd'hui d'économiser les Mégawatts que l'on nous propose à travers ces projets pharaoniques et qui coutent très chers à la collectivité.

Le photovoltaïque coute 4 fois plus cher que l'éolien et demande des espaces paysagers qu'il transforme en no man's land.

D'immenses espaces, clôturés, surveillés, de 150 hectares pour ces premiers projets où la vie pastorale, touristique (randonnées, VTT, spéléo...) ne sera plus permise. La vue même de ces milliers de m2 de panneaux brillant au soleil, ne sera plus possible, comment expliquer cela, dans une région Natura 2000 qui représente en 2009 son dossier pour figurer dans la liste des biens naturels du Patrimoine de l'UNESCO ?
Le rendement de ces installations industrielles est contesté par la distance des foyers de population et des postes de distribution d'électricité. L'intérêt de la production d'énergie se situe aux abords des grandes villes. En zone rurale, la production solaire ou éolienne est utile dans le cadre de petites unités individuelles ( eau sanitaire, chauffage de bâtiments agricoles ou installations communales).

**La présence même de produits polluants, en dehors du silicium, que l'on peut trouver dans ces installations tel que le trifluorure d'Azote (gaz 17000 fois plus toxique pour le réchauffement de la planète que le dioxyde de carbone), l'Arsenuire de gallium ou le Tellure de Cadmium...m'inquiète dans l'utilisation de ceux ci à l'échelon industriel.


Nos eaux souterraines sont abondantes et l'infiltration de telles substances à travers nos sols calcaires, pleins de cavités ou l'eau par lixiviation entrainera forcement des déchets toxiques.

Ce type d'installation « usines solaires » me semble par contre adapté par à des sites comme la zone industrielle de Malvesi à Narbonne où en décembre 2008 a été inauguré la plus grande centrale solaire française de 23 hectares . Elle devrait produire en 2012, 500 MW soit 7 MW en puissance totale.
Rappelons que ce site accueille aujourd'hui une usine de raffinage et de conversion de l'uranium exploité par la Société AREVA , qui s'est installé sur une ancienne usine de Soufre. La zone ayant subi de multiples incidents est soumise à la directive Seveso2.


ooOoo

.

Mon commentaire :

il est indéniable que les astrophysiciens et climatologues avertis qui démentent la thèse du réchauffement planétaire sont muselés au profit d'une propagande alimentée par des politiques et des associations et des médias , tous asservis aux pouvoirs des groupes financiers producteurs d'énergie qui entendent monopoliser toutes les sources productives d'énergie à leur profit exclusif en privant les particuliers d'initiatives individuelles

Les propriétaires de terrains qui se trouvent situés dans ces zones se voient proposer des indemnités de 1000 à 2000€ l'hectare et certains d'entre eux appâtés, louent leur terrain sans discuter. Il faut souligner aussi que lorsque de telles implantions sont envisagées dans des régions touristiques, cela ne fait pas l'affaire des paysages naturels et sauvages qui font la richesse de ces petits coins de France où il fait bon vivre et qui se dégradent en laissant place à de nouveaux sites industriels..Ce sont des biens communs que nous souhaitons conserver autant pour ceux qui y habitent que pour les nombreux touristes qui randonnent au fil des ans dans ces paysages préservés dont la beauté naturelle restent à découvrir de générations en générations .

                               Lucienne Magalie PONS
                    
Un blog interessant qui montre le danger qui guette l'aboutissement de ces projets incohérents par leur multiplication anarchique ......cliquer

Partager cet article

Repost 0
Published by jlP - dans La Vacquerie
commenter cet article

commentaires