Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Compteur

            

Info

Ouverture d'un nouveau Blog associatif:
Larzac environnement

Articles Récents

18 janvier 2009 7 18 /01 /janvier /2009 19:24
En plus d'informations sur les différentes activités, les sites à voir à travers les photos de ce blog, je vous propose des hébergements en chambres d'hôtes chez moi... Un Larzacien converti par passion depuis longtemps à l'Apiculture. Infos cliquer ici


Une fois n'est pas coutume. je commente rarement les faits de société, les réactions politiques ou d'autres infos aussi intéressantes soit elles. Mais Le ROQUEFORT étant une activité qui emploie et fait vivre beaucoup de personnes que je connais et apprécie, je ne peux m'empêcher de faire passer les éléments qui ont poussé l'administration Busch aux derniers jours de leur mandat à utiliser encore une fois des procédures malsaines pour juger, condamner et punir l'action des agriculteurs Francais qui travaillent pour nous produire un fromage de qualité que le monde nous envie.
C'est ma cousine Lucienne Magalie PONS qui a écrit cet article à l'intention de ceux qui veulent comprendre un peu mieux cette guerre stérile qui menace aussi Sud Ouest et le Larzac.




La Guerre du Roquefort aura bien lieu ! L’administration sortante de Bush déclare la guerre du Roquefort à la France et à L’Europe ! « C’est inadmissible, aberrant révoltant et scandaleux ! » telles sont les principales affirmations des personnalités et organismes concernés qui n’en resteront pas là, quand à Michel Barnier, Ministre de l’Agriculture, il a jugé pour sa part que c’était « injustifié ». .

La filière de production du Roquefort recouvre 4500 producteurs de lait de brebis, plus de 2000 salariés qui travaillent pour sept fabricants de roquefort, et concerne l'économie de six départements du Sud-ouest (Aude, Aveyron, Tarn, Lozère, Hérault, Gard).Ajouter à cela les filières induites, emballages, transports etc. ... qui sont des sources d’emplois non négligeables.
En 2007, 3800 tonnes de roquefort ont été exportées à l'étranger, sur un total de 19 000 tonnes commercialisées Au niveau des exportations françaises, sur une centaine de pays, les Etats-Unis arrivent en troisième position, derrière l'Espagne et l'Allemagne.
De nombreuses et très pertinentes protestations se sont élevées contre la récente annonce visant le régime des droits d’importation aux Etats-Unis, faite Jeudi par Susan Schwab, représentante américaine au Commerce, avec pour principale cible le roquefort dont les droits de douane triplés, par ailleurs de nouveaux produits sont taxés, dont différents produits carnés, eaux minérale ou gomme à mâcher. Cette sanction, prise jeudi en rétorsion à la poursuite de l'interdiction par l'Union européenne du bœuf aux hormones américain en vigueur depuis 1988, a été jugée "injustifiée" par le ministre français de l'Agriculture, Michel Barnier. C’est à juste titre et sans mâcher ses mots et un accent bien de chez nous, que La Confédération paysanne a dénoncé vendredi que ces pratiques étaient "inadmissibles", appelant le gouvernement français et l'Union européenne à "ne pas céder". Dans un communiqué clair et net, le syndicat demande au gouvernement français et à l'Union européenne de "ne pas céder, comme ils l'ont fait jusqu'à aujourd'hui, à la pression mise par les Etats-Unis et de protéger les consommateurs européens qui ne souhaitent pas être confrontés à des produits alimentaires aux qualités sanitaires plus que douteuses que sont aujourd'hui le bœuf aux hormones et le poulet javellisé, et que seront demain les animaux clonés". Pour la Confédération Paysanne que je rejoins dans sa dénonciation contre ces pratiques inadmissibles l’objectif des Etats-Unis est clair « ....... mettre la pression sur l'Europe pour que le bœuf aux hormones, puis le poulet chloré, puissent accéder au marché européen » La Confédération paysanne "exhorte le gouvernement français à soutenir les producteurs concernés par ces mesures de rétorsion pour éviter qu'une fois de plus, les paysans soient les victimes collatérales d'un bras de fer entre les USA et l'Europe". Le syndicat par ailleurs attend du nouveau président des Etas Unis, qui se revendique d’une « nouvelle gouvernance mondiale » qu'il renonce à ce genre de pratique "

C’est aussi dans ce sens que Martin Malvy, (PS), président de la région Midi-Pyrénées a annoncé qu'il venait d'envoyer à Barak Obama un "colis prestige" d'un fromage entier, soit plus de 2 kilos, en cadeau pour son investiture, accompagnée d'une invitation à venir visiter sa région. « L'investiture de Barack Obama est porteuse de grands espoirs », a déclaré Martin Malvy, « notamment d'une meilleure relation entre les Etats-Unis et l'Europe. Dans ce contexte, la mesure annoncée du triplement des droits de douane sur le Roquefort est incompréhensible. J'ai donc adressé ce produit prestigieux de l'agriculture midi-pyrénéenne au président Barack Obama en lui demandant que, dès mardi, la nouvelle administration américaine réexamine ce dossier avec plus d'intelligence ». Et toujours dans la même démarche de défense des producteurs et exportateurs de Roquefort et de la région qu’il préside où est fabriqué ce délicieux fromage,

 Martin Malvy a aussi adressé une lettre au Président Obama :
Monsieur Barack OBAMA
President 1600 Pennsylvania
Avenue NW THE WHITE HOUSE
WASHINGTON, DC 20500
UNITED STATES OF AMERICA

Monsieur le Président,
Il y a quelques semaines, je me permettais de vous adresser mes félicitations, en vous disant combien nous étions heureux de votre élection à la Présidence des Etats-Unis. Je viens vers vous aujourd'hui pour vous demander de bien vouloir aider l'économie de la Région au nom de laquelle je m'exprimais. Votre prédécesseur et son administration viennent de prendre la décision d'augmenter de 300% les droits de douanes concernant le fromage de Roquefort en riposte aux mesures prises par l'Union européenne d'interdire l'entrée du bœuf aux hormones en Europe. Le Roquefort est un fromage produit en France plus précisément en Aveyron, dans la Région Midi-Pyrénées que je préside. C'est un produit qui ne peut être fabriqué dans aucune autre partie du monde, car il répond à un cahier des charges drastique, spécifique, naturel et très local. C'est devenu avec le temps et le travail des personnes qui en vivent, une économie indispensable à cette partie très rurale de la France. La Région Midi-Pyrénées est précurseur dans ce domaine et travaille depuis de nombreuses années sur la production de qualité de ses produits agricoles. Aussi, je considère que la mesure prise par les Etats-Unis est injuste. Le fromage de Roquefort est devenu l'otage involontaire des accords internationaux en matière d'importations et d’exportations des produits agricoles. Monsieur le Président je souhaite vous offrir à l'occasion de votre investiture, un fromage de Roquefort afin que vous puissiez en apprécier toute la qualité, mais surtout pour vous demander de bien vouloir revenir sur cette décision, en souhaitant, à l'occasion de l'un de vos voyages en France pouvoir vous accueillir dans cette région et vous en présenter ses spécificités dans le secteur agro-alimentaire notamment, dont le Roquefort constitue depuis des générations l'un des produits les plus emblématiques. Je reste persuadé qu'une discussion avec l'Europe au sujet de vos exportations est possible. Je vous prie de croire, Monsieur le Président, à l'assurance de mes sentiments distingués.
Signé : Martin MALVY


Thierry Zurcher, Le directeur de "Roquefort Société", président de la Fédération des industriels de la filière brebis, regrette la décision américaine. "C'était un marché plutôt prometteur. On avait déjà fait 700 tonnes il y a quelque temps, et on pouvait atteindre les 1000 tonnes, normalement." ......."Ca aurait été notre premier marché à l'exportation. Il y a un véritable intérêt pour le roquefort aux Etats-Unis, et donc on est en train de casser tout ça", a-t-il déploré sur France-2. Dans un communiqué, Philippe Folliot, député NC du Tarn, va encore plus loin, il dénonce "une décision injuste, révoltante et scandaleuse". "Dès aujourd'hui, j'écris au nouveau président des Etats-Unis d'Amérique, M. Barack Obama, pour lui demander, dès le 20 janvier, date de sa prise de fonction, de revenir sur cette décision. Par ailleurs, je saisirai directement le président de la République Nicolas Sarkozy lors d'une rencontre prévue mercredi prochain pour que, de son côté, il intervienne auprès de l'administration américaine", affirme-t-il.
En Aveyron, région productrice de Roquefort, l’'ensemble de la communauté politique et économique a commencé à organiser la riposte après l'annonce par l'administration américaine frappant le Roquefort.

Robert Glandières, Président de la Confédération Générale des Producteurs de Roquefort a déclaré à Reuters vendredi : "Ça ne pourra pas se passer ainsi et il y aura des actions symboliques, déjà, si cette décision est confirmée" ...... "Nous allons réagir et nous organiser, sachant toutefois que c'est sûrement par la diplomatie et avec le soutien de nos pouvoirs publics qu'on trouvera une solution", a t-il ajouté. Ndlr : il faut souhaiter en effet que les pouvoirs publics remuent leurs fesses un peu plus qu’ils ne l’ont fait jusqu’à présent pour défendre nos producteurs et exportateurs, pour le moment toutefois rappelons que cette sanction, prise en rétorsion à la poursuite de l'interdiction par l'Union européenne du bœuf aux hormones américain en vigueur depuis 1988, a été jugée "injustifiée" par le ministre français de l'Agriculture, Michel Barnier, appréciation assez tiède à mon avis. Les producteurs sont outrés de jouer les boucs émissaires pour une situation qui leur échappe. "Nous sommes lassés, aussi, de passer pour un symbole auprès de l'administration américaine. D'ailleurs, c'est peut-être pour se faire plaisir que l'administration Bush, avant de partir, a pris cette ultime décision. Sans doute parce que nous lui avions résisté", a conclu Robert Glandières. Ndlr : C’est l'administration Busch sortante qui a pris la décision de s’offrir entre autres desserts notre Roquefort à nos dépends.
Le Maire de Millau, Guy Durand (PS) s’associe bien évidemment à toutes les protestations et il l’a bien fait entendre en déclarant à Reuters : "Nous allons essayer d'organiser notre riposte car nous ne pouvons rester sans réagir". "La mise en place de cette mesure ne sera effective qu'au 23 mars prochain. D'ici là, la nouvelle administration américaine voudra peut-être redevenir raisonnable et ne pas se servir encore de nous comme d'un symbole", a souligné Guy Durand. ......"Si ce n'est pas le cas, alors notre réaction sera vive, solidaire et organisée, donc efficace", a t-il prévenu.
 Les éventuels boucs émissaires de la « guerre du Roquefort » redoutent d'ores et déjà des manifestations locales. "Ça recommence ! ", s'est lamenté Marc Dehani, directeur du McDonald's de Millau, qui avait été saccagé au printemps 1999 à la suite d'une précédente décision américaine de ce genre. "Je veux rester raisonnable mais il ne faudrait pas que tout dérape de nouveau. Je n'ai rien à me reprocher. Je ne vends pas de Roquefort et tous mes produits sont issus de l'agriculture française. Je ne peux pas faire mieux!", a-t-il tenu à préciser. Espérons qu’il sera entendu, en effet il est regrettable de saccager des commerces qui ne sont pour rien dans les décisions américaines et dans la platitude de réaction des pouvoirs publics.

Nous ne pouvons pas terminer ce survol de la « guerre du Roquefort » sans faire état de la position d’un fin connaisseur en la matière,
Monsieur José Bove ancien leader de la Confédération Paysanne, dont on se souvi
ent qu’il était à l’origine du "saccage "du McDonald’s de Millau, militant reconnu et actif de la lutte contre la "malbouffe" qui avait défié les Etats-Unis en 1999 en introduisant "illégalement " quelques kilos de Roquefort pour les distribuer aux militants altermondialistes à Seattle, en marge d'une réunion de l'Organisation mondiale du Commerce (OMC) face à un McDonald's dévasté. "Cette décision est aberrante, scandaleuse. Elle n'a aucun sens", a déclaré à Reuters José Bové, .............. "
Chaque pays a droit de protéger ses modes alimentaires et la France ne veut pas du bœuf aux hormones américain, même sous la menace ou le chantage. Il est clair que les hormones sont une menace pour notre santé", a t-il ajouté.
A l’adresse du McDonald’s de Millau il a tenu à le rassurer indirectement sous réserve d’un geste symbolique de la part de ce commerce : "Il n'est pas question, évidement, de retourner détruire le McDonald's de Millau mais il pourrait bien fermer symboliquement quelques temps pour montrer sa solidarité avec nous", a-t-il dit en annonçant des actions si la décision américaine est confirmée.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Dany de Marmande (47) 03/09/2009 11:00

Merci pour ce commentaire et cette lettre adressée au Président des Etats Unis. Il m'a l'air bien plus intelligent et bien plus ouvert que son prédécesseur : j'espère que vous pourrez continuer à exporter ce nectar aux States.Personnellement, j'adore ce fromage. J'ai moi-même visité les caves de Roquefort, je me suis régalée de cette visite et bien sûr du fromage que j'y ai acheté.Merci aux producteurs de ce délicieux produit.